div style="text-align: center;">
Publiés récement...


    

mardi 24 mai 2016

Chronique : Les disparus de l'A16 de Maxime Gillio

Les disparus de l'A16 

Maxime Gillio

Edition : J'ai lu
Date de parution ; 3 Février 2016
Genre : Thriller
Prix : 5€

4ème de couverture : 

"Triste publicité pour la commune de Saint-Folquin, deux hommes et une femme ont disparu sur l'au(to)route A 16, aux abords du village. Trois disparitions inexpliquées survenues à quelques mois d'intervalle... Alors que la police piétine, la veuve d'un des disparus demande à Virginia Valmain de faire sa propre enquête. Quand la célèbre détective privée dunkerquoise, connue pour son franc-parler et ses mauvaises manières, débarque à Saint-Folquin avec son équipe de choc, les événements s'accélèrent. Attention aux éclaboussures, Virginia ne porte pas de gants !"





    Après avoir lu et adoré « Manhattan Carnage » du même auteur, il me tardait de lire de nouveau un roman de Maxime Gillio et ainsi retrouver son humour. Quand je suis allée à la librairie Thernisien à Abbeville, pour la dédicace de Sophie Jomain, j’ai eu la chance de me procurer le dernier exemplaire du roman qui leur restait. Sachant ce qui m’attendait avec « Quand la nuit devient jour », je me suis dit que « Les disparus de l’A16 » serait la lecture qu’il me faudrait pour m’en remettre.
    
    La très célèbre détective privée, Virginia Valmain… comment vous ne la connaissez pas !!?? Ah oui, ça c’est la faute à l’éditrice (et ce n’est pas moi qui le dis, cf. les notes de l’auteur du roman) !! En revanche suis prête à signer une pétition pour avoir les précédentes aventures de Virginia Valmain !! Mais je m’égare…

    Virginia est donc engagée par une anglaise éplorée pour retrouver son mari disparu sans laisser de trace il y a six mois en France. Carrément pas enthousiaste au départ, Virginia se ravise rapidement quand elle comprend que le cher disparu s’est évaporé près d’un petit village, Saint-Folquin, dans le Pas-de-Calais. Oui, car ce petit bled commence à faire parler de lui… Plusieurs disparitions similaires à proximité de la commune et la police patauge dans le néant niveau indice.


    Nous suivons alors l’enquête de Virginia et son équipe, composée de :
  • sa tante, Mère-Grand, la petite cinquantaine, lesbienne alcoolique et cigarillo au coin du bec,
  • son garde du corps et ami, Lao-Tseu, un grand malien qui tient son surnom du philosophe qu’il cite à la moindre occasion et,
  • leur chauffeur David, alias Curly (et je vous laisse découvrir la raison de ce surnom), fils d’un juge auquel il lui arrive de tirer les vers du nez pour servir Virginia, vient compléter la joyeuse bande.

"Ils faisaient des soldes sur les clichés, l'autre jour, alors j'en ai acheté deux caisses. J'ai un peu hésité entre le "À pas feutrés" et le "À pas de loup", puis je me suis dit que le premier irait mieux avec la couleur de mon string."

    Autant vous dire qu’avec une telle réunion de loufoques, on ne s’ennuie pas une seule seconde ! L’humour de Maxime Gillio est  toujours autant présent, j’ai adoré ma lecture et toutes les références auxquelles il fait allusion. Et je suis certaine d’en avoir loupé. L’auteur choisit d’écrire le roman comme si c’était Virginia qui nous racontait ses péripéties et elle nous prend à partie tout au long de l’histoire. Les chapitres sont parfois entrecoupés par des intermèdes, plus « sérieux », nous relatant la vie d’un personnage du roman. Dès cette première parenthèse à l'histoire, nous ne connaissons qu'un pseudo, utilisé pour caché de qui il s'agit. On ne découvre ainsi sa véritable identité qu’au dernier moment. 
    J’ai été un peu surprise par le dénouement de ce sac de nœud. Virginia (et son extraordinaire mise en scène) nous l’explique très bien et ça passe même si c’est un peu tiré par les cheveux !

    Bref, je vous le conseille si vous voulez passer un bon moment, sourire aux lèvres du début à la fin. Par contre, passez votre chemin si vous n’aimez pas l’humour gras…  


Ma note : 8/10

4 commentaires:

  1. La couverture est accrocheuse et ce que tu en dis encore plus ! Je note :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super !! J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi ;)

      Supprimer
  2. MDR rien que la citation me fait comprendre que je vais bien rigoler mais ayant vu l'humour de l'auteur en vrai ça ne m'étonne pas. Je le lirai bientôt avec plaisir je le sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Cool !! Je serai ravie de savoir ce que tu en auras pensé !
      Sacré Maxime, s'il n'existait pas, il faudrait l'inventer !! Et c'est vrai, on retrouve son humour autant en salon que dans ses livres :) En tout cas, je suis super contente de l'avoir découvert et je le relirai avec grand plaisir !
      Merci Lili. Bisous

      Supprimer